[inclassable] De l'usure du polygone

Aller en bas

[inclassable] De l'usure du polygone

Message par maldoror68 le Dim 15 Juil 2018 - 10:38



Petit article inclassable de réflexion sur le jeu vidéo. Wink

Parce qu’un joueur qui comprend ce qu’il fait, d’où il vient, et où il va, c’est mieux.
spoiler : cet article traite beaucoup de "l'affect" que j'ai envers le JV, merci de comprendre ce point de vue study

Nous sommes dans les années 80. Je suis poursuivi par des monstres, des ennemis.

Je creuse un bloc à mes pieds, l’ennemi tombe dans le trou. Et là le bloc se referme. Je suis un enfant et je joue à Lode Runner.




Je sais que pertinemment ce bloc, et tous ces ses confrères, agiront toujours de la même manière, identiquement, tant qu’un code machine les exécutera.

Mais quand peut-on dire qu’un support est éternel ?

Je ne veux pas traiter de la sauvegarde physique dans le monde réel  de nos mondes imaginaires. tongue

Je ne parle pas des supports des jeux (software, cassettes, disquettes, disque optique, etc) et des hardware qui les jouent (micro-ordinateurs, consoles, pcb, etc…)

Non je laisse ça à des gens qui le font très bien comme Mo5 ou les collectionneurs privés. Wink



Le sujet ici est différent.

Je vous parle bien de la pérennité de nos univers de jeux vidéo. À l’intérieur. Idea

Je vous parle de pixels, de voxels et de polygones.

Il fait nuit, tard dans la nuit, j'ai chaud je remue dans mon lit, je n’arrive pas à dormir et j’ai le Blues.

En fait je pense à la réplique du film ready player one (non ne partez pas je ne spoilerai rien, c’est juste une réplique) :

« Merci d’avoir joué à mon jeu »



Tout part de cette phrase (qui m'a marquée). he oui on meurt tous un jour, même les programmeurs : Confused
Trois choses me turlupinent et m’empêchent de trouver le sommeil study

1 – les polygones ne s’usent pas
2 – la matière première des jeux modernes n’est plus rêvée par des hommes mais par des machines. Appelons ça le procédural.
3 – quel est l’utilité d’avoir des univers quasi éternels si plus personne ne les parcourt ?

Pour le point 1 : les polygones ne s’usent pas.


De belles arrêtes saillantes de polygones, toujours exposée à un soleil éternel qui ne se couche jamais…

Le jeu vidéo est un média jeune mais on commence déjà à avoir des créateurs de cet univers, programmeurs, pionniers, etc, qui ont cassé leur pipe (snif). salut

Et dont leur programme a survécu. thumleft

Ce programme, qui génère un univers, artistique ou non, buggué ou non, mais qui a le mérite d’être réalisé par la main de l’homme dans une idée de design général ,de fonction, de but, de support ludique.

Bref ces heures de calcul, de débogage, de conception, c’est pour toi. cheers

C’est cadeau. Pour que tu joues. amoureux

ça n'a pas d'autre utilité ( à part mercantile et financière au début, bien sûr) un jeu vidéo , c'est juste pour que tu joues


Ludo Ergo Sum Basketball

 Et cet univers peut toujours être parcouru/joué/contemplé par les joueurs actuels ou les futurs joueurs (dans la limite ou le code programme perdure et un émulateur dans un lointain futur, supposons).

A l’heure où les medias  nous disent que tout ce qui est sur internet est ineffaçable et que l’on doit faire gaffe à ce que l’on met sur facebook, qu’il existe cette sorte « master memory » numérique.

Pourtant ça ne nous choque pas de contempler les peintures classiques et de reconnaitre que leurs peintres sont morts depuis belle lurette. Mais on s’incline devant la Joconde. Même le support physique qui nous permet de la contempler (toile, huiles, vernis, peintures) ne seront pas éternels.

Même si on restaure une peinture, elle s’altèrera toujours. Un jour la Joconde ne sera plus qu’un tas de poussière.



 Il en restera peut être des copies numériques mais n’empêche que c’est la loi de la nature, c’est comme ça, tout disparait.

Vous le savez car vous avez déjà eu une console en panne, un jeu lcd en panne, une cartouche qui-n’affiche-qu’un–écran noir. TRISTE

Cette porte d’accès à votre univers de jeu vidéo préféré, et bien, cet univers, « il était » et paf. « Il n’est plus ». Il ne marche plus. Sad


Vous êtes privé de cet univers.

De cette échappatoire.
Comme un prisonnier sans clef, comme un (mario)kart sans volant, comme un Gordon Freeman sans portails. help

Et cela reste valable pour toutes les passions humaines, le collectionneur de voiture, à la rouille inexorable, l’aquariophile , le modélisme, etc…

Certes il y’a des médias qui peuvent perdurer, même si leur support se détruit.



Je pense à la musique, je pense à la littérature par exemple.

Mais nous fans de jeux video, nous avons une chance :

Les polygones ne s’usent pas.

Les palettes de couleurs ne ternissent pas.

Nos sprites, nos textures, ne se couvrent pas de poussière.

Si dans 1000 ans un archéogamer relance un programme, le décor sera toujours aussi flamboyant.

Les tuyaux de Mario ne seront pas rouillés, les items des donjons seront toujours là, etc… vieux



Un collectionneur de voiture, dans 1000 ans s’il démarre une vieille pièce de collection, pas sûr qu’elle démarre du premier coup. saispas


Et magie de l’informatique, nos univers préférés restent.

Et ils perdurent sur internet. À moins d’une mutation soudaine et d’un cancer des bits qui transformerai les 0 en 1 et les 1 en 0,
le-code-reste. TROP CONTENT

Je pense aux site d’abandonware ,je pense à Mame qui m’a permis de réparer de nombreux jeux d’arcade en brulant des eproms.

Oui toi, homme moderne, baisse toi dans ton casque de VR et fait ruisseler les voxels entre tes doigts tel du sable.


Oui c’est contradictoire, non seulement cet univers ludique n’existe pas réellement, mais paradoxalement, il ne s’altère pas.





Exemple : Imaginez quel serai l’état d’un « univers  de jeu » s’il subissait une usure réelle ?


Vous imaginez les marches des escaliers des darks souls usés par les pieds des milliers de joueurs ?
Vous imaginez des agents des voiries fermer le circuit de Ridge Racer pour refaire la chaussée ?
Vous imaginez la tronche des brins d’herbe sur la pelouse d’un rocket league ? Ce serai de la boue.

Cela nous amènera au point 3.

Mais d’abord :


Pour le point n°2 : le procédural


Nous sommes à une période charnière : la plupart de jeux-vidéos derrière nous, ont été façonnés et ont eu un sens artistique parce qu’un programmeur a voulu que ce soit joli (ou effrayant) a cet endroit-là.

Et plupart des jeux qui sont devant nous, parce que programmer chaque caillou prendrai trop de temps, seront « rêvés par des machines », générés par des calculs procéduraux.

Ces mondes seront surement « beaux » un jour, nous n’en sommes qu’au début et l’on voit encore les « joints entre les briques » si vous voyez ce que je veux dire. Wink

Je sais quand je joue, une expression que je n’arrête pas de répéter (c’est ma femme qui me le dit) c’est : « mais quel est le programmeur de * !%$  qui m’a mis ce piège LA ! ICI ! »



Ce qui témoigne bien que je suis conscient, de la relation intrinsèque, que « je sais que je joue dans un décor », et qu’à chaque pas, de par le fait de jouer à un jeu vidéo, à découvrir, parcourir, effectuer des actions (c’est idiot ce que je dis) est quelque part, pour moi un hommage au concepteur du jeu. salut

Un hommage à tout ce temps « perdu » à coder. amoureux

Mais parce-que le concepteur a mis un arbre ici, une colline , un coucher de soleil ici, au nom de l’esthétique, du "beau", je sais que les jeux passés et présents sont façonnés quelque part, par l’Homme.



 Derrière des centaines et de milliers d’heures de codages, de réunions, de développement foireux (watermelonesques par exemple) , de nuits blanches de programmeurs, de tubes d’aspirine, ou de projets trop grands mais qui au final donne un produit fini que l’on pensait impossible, irréalisables, et qui font dire « wouha c’est trop beau ! »

Belle musique, beaux univers. Cool

En effet, quand vous arrivez en haut d’une montagne dans un jeu, vous savez qu’artistiquement, les concepteurs du jeux ont fait le truc pour que ce soit beau. BIENVENUE

Le procédural génère du « beau » mais pas toujours.        

      

D’où cet « hommage a parcourir un monde fait à la main » que je peux difficilement faire (pour l'instant) du procédural.

Pour le point n° 3 : quelle est l’utilité d’avoir des univers quasi éternels si plus personne ne les parcourt ?

Ça me déprime de me dire par moment que je joue à un jeu vidéo low rez sur un vieux tube et que je me dit « ça y’est, je suis le seul mec au monde à jouer à ce jeu en ce moment »


C’est une sensation que certains d’entre nous ont connu, la boule a l’estomac, quand le serveur de leur jeu préféré ferme. Confused


De nombreux jeux online n’existent plus faute de serveurs.



La disparition d’un support (physique) dans le monde réel entraine la dislocation et l’anéantissement de mondes (virtuels) entiers.

Le trou noir, le vide.

Lost. Forever. Nervermore. Shocked

(Heureusement on trouve après souvent la plupart du temps des serveurs amateurs)




He bien cette sensation est la même pour le  « retro gamer trop extrême » qui joue à des jeux anciens (avant le online et l’internet et donc le multijoueur). vieux

Vous SAVEZ que le jeu que vous êtes en train de jouer, personne n’y joue plus parce qu’il est trop « nul » pour la plupart des gens, ou parce que le système est trop marginal, ou parce que les graphismes sont trop « vieux ».

Dans la plupart des WC mondes il y aura toujours qu’un pour faire des Tetris sur une game boy.

On peut dire que ce jeu « existe » toujours.
Tant dans le monde réel car il est constamment joué, que par corrélation, il « existe » toujours virtuellement.

Mais qui joue encore à des prototypes de jeux d’arcade (sur du vrai hard ou en émulation ?) des jeux undergrounds sur Vcs ? qui encore se fait ch*ier à trouver 3 prises électriques pour jouer à des obscurs jeux mega-cd 32X ? qui joue encore à votre bouse-culte préférée sur Jaguar ?



Quelle fierté avez-vous eue, quand vous avez mis un coup de fer à souder dans cette vieille cartouche MVS et que le jeu à remarché. TROP CONTENT
Quand vous avez changé la pile de sauvegarde ou les condensateurs d’un vieux micro. love micro

Tout ça pour qu’un jeu soit encore joué, qu’un monde (virtuel) soit encore parcouru.

Qu’un code soit encore exécuté.

One more time.





Et tant pis si après vous, une fois la lueur de la torche disparue, quand vous aurez passé ce coin de cette galerie virtuelle avec votre personnage, cette caverne de polygones restera peut-être dans le noir longtemps / pour toujours (rayez les mentions inutiles).

Mais avant le noir ,vos aurez fait briller une dernière fois les textures, aurez affiché des couleurs , fait bosser les palettes, calculer du light-engine.


Nous sommes aujourd’hui. Je suis poursuivi par des monstres, des ennemis. Je creuse un bloc à mes pieds, l’ennemi tombe dans le trou. Et là le bloc ne se referme pas. Il ne se referme plus. Non plus jamais il ne se refermera autrement que par la main humaine. Mais ce n’est plus grave.
Car il me suffit de faire un autre pas, pour trouver un autre bloc. Et encore un autre jusqu’à l’horizon. Une infinité de blocs générés par la machine. Je crois que je suis un adulte et je joue à Minecraft.


Alors pourquoi s’attacher à un bloc ? Peut-être parce que je suis nostalgique…



avatar
maldoror68
Docteur *
Docteur *

Masculin Nombre de messages : 896
Age : 36
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 22/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum